Le syndrome des ovaires polykystiques auquel on fait souvent référence par ses initiales, soit SOPK, est un déséquilibre hormonal qui touche de nombreuses femmes, causant des problèmes de fertilité, une prise de poids, une pilosité de modèle masculin (hirsutisme), de l’acné et de la rétention d’eau. Cela est dû au fait que les ovaires produisent un taux plus élevé que la moyenne d’androgènes, l’hormone mâle, ce qui vient perturber l’ovulation.

La cause précise du SOPK est inconnue et les symptômes, leur intensité et le moment du diagnostic diffèrent pour chaque femme. Bon nombre d’entre elles découvriront qu’elles en sont atteintes pendant l’adolescence alors que d’autres ne l’apprendront que dans la vingtaine ou la trentaine avancée.

Tandis qu’il n’y a pas de cause unique au SOPK, certains chercheurs croient qu’il pourrait être entraîné par un taux élevé d’insuline, soit l’hormone qui contrôle la production du sucre. La raison est la suivante : quand il produit trop d’insuline, le corps sécrète une quantité excessive d’hormones mâles. Ces androgènes facilitent la prise de poids chez les femmes alors que la graisse abdominale diminue la sensibilité à l’insuline. Voilà qui entraîne un cercle vicieux, sachant que la perte de poids est d’une importance capitale pour réduire les symptômes du SOPK, mais qu’il est très difficile de perdre du poids en raison des caractéristiques de cette maladie endocrinienne.

Nous savons qu’il s’agit d’une lutte réelle, alors voici cinq conseils pratiques pour perdre du poids si vous avez le SOPK :

  1. Faites régulièrement de l’exercice. L’exercice fera toujours partie intégrante d’un mode de vie sain, mais avec le SOPK, il est étonnant de noter que même si l’exercice est bénéfique, l’entraînement en force musculaire est particulièrement utile pour réduire les graisses et améliorer la résistance à l’insuline. D’autant plus qu’avec l’augmentation de la masse musculaire, votre métabolisme sera plus rapide et vous perdrez ainsi plus de calories au repos.
  2. Le régime. Le régime cétogène fait fureur de nos jours, et ce, pour de bonnes raisons. Contrairement au régime riche en glucides traditionnel, le régime cétogène est un régime à teneur élevée en lipides, à teneur modérée en protéines et à faible teneur en glucides. Cette façon de manger fait passer la source d’énergie du corps du glucose aux lipides. Une fois que le corps s’est adapté au régime cétogène, il utilise d’abord les lipides provenant des aliments comme source d’énergie et seulement lorsque ces lipides sont épuisés commence-t-il à brûler les réserves de gras du corps.
    De plus, en réduisant la quantité de glucides dans votre régime, vous serez moins tenté par les aliments qui déclenchent la résistance à l’insuline. Aussi, vous vous sentirez rassasié plus rapidement et plus longtemps, étant donné que l’organisme met plus de temps à digérer les lipides que les glucides.
  3. Dormez bien. Quand il est question de mode de vie sain, le sommeil est souvent l’un des facteurs les plus importants, mais aussi les plus sous-estimés. Si vous ne dormez pas suffisamment, cela peut entraîner de graves risques pour la santé et cela peut vraiment nuire à la perte de poids. Aussi, le manque de sommeil peut avoir un effet sur les hormones. De plus, de nombreuses études médicales ont démontré que le manque de sommeil réduit la capacité des cellules adipeuses à réagir adéquatement à l’insuline. Lorsqu’une personne est atteinte du SOPK, il est important qu’elle fasse le nécessaire pour favoriser l’équilibre hormonal et contrôler les taux d’insuline. Il est donc important d’obtenir les 7 à 9 heures de sommeil ininterrompu nécessaires dont le corps a besoin.Voici certains conseils pour profiter d’une bonne nuit de sommeil :
    • Maintenez les lumières éteintes et faites en sorte qu’il y ait le moins possible de lumière qui pénètre par les portes ou les fenêtres.
    • N’utilisez votre chambre que pour dormir. L’ordinateur et la télé n’y ont pas leur place!
    • Allez au lit et levez-vous à a même heure chaque jour. Faites-en une habitude.
  4. Réduisez votre niveau de stress. Du stress, il y en a partout. Qu’il soit causé par le travail, la famille, une relation conjugale, l’état au travail ou l’apparence physique. En raison de ce stress, il arrive parfois que le taux d’androgènes soit trop élevé, de façon à protéger le cerveau des effets nocifs du stress. De plus, quand on est stressé, il est plus facile des faire de mauvais choix alimentaires. Il est donc important de surveiller votre niveau de stress et d’essayer de le réduire chaque jour. Trouvez des activités qui vous permettent de relaxer et ajoutez-les à votre horaire.
  5. Changement de mode de vie. Quand on parle de perte de poids, il ne s’agit pas uniquement de la minceur ou de l’apparence physique d’une personne. Il s’agit plutôt de la santé et de la protection contre les complications que peut entraîner le SOPK, comme l’infertilité et le diabète. L’objectif de perdre du poids, de se mettre en forme et d’adopter un mode de vie sain sera bénéfique pour de nombreuses années à venir. Alors, concentrez-vous sur le fait de faire de petits changements significatifs et faites les premiers pas vers la vie dont vous rêvez!

https://www.health.com/infertility/how-to-lose-weight-pcos
https://www.healthline.com/health/pcos-diet#takeaway
http://www.cwhn.ca/en/node/44804

http://www.cwhn.ca/en/node/44804

https://www.pcosdietsupport.com/pcos-symptoms/how-to-lose-weight-with-pcos/